• Theeb - la naissance d'un chef - Naji Abu Nawar (2016)Merveilleux film jordanien qui nous embarque dans le desert de jordanie et donne a voir la vie des nomades arabes, sorte de navigateurs voguants a dos des chameaux au milieu des dunes, et pour lesquelles la vie est aussi rude qu'elle est encore si nécessairement reliée a la nature.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Paterson - Jim Jarmouch (2016)Me voilà face a Un film de Jim Jarmouch, cinéaste amoureux de Cassavetes, que je n'avais jamais approché.

     

    Ici le film est calme, serein, sans drame, et sans violence, comme l'est - en réalité - la majorité du temps, pour la majorité d'entre nous. Il nous faut acceuillir la vie ainsi chaque jour après l'autre, sans surjouer de son aspect merveilleux, sans déprimer du manque d'action non plus.

     

    Paterson vit la majorité du temps le visage sérieux et calme, et le peu  qu'il rit il rit vraiment. C'est un homme qui prend sa vie au sérieux mais sans lourdeur. Il écrit quand il peut des poèmes, pour lui même (pas pour les autres), sorte de relation permanente de son âme avec les choses du monde et avec l'amour.

     

    La poésie c'est concret, ce sont les choses du monde qui traverse notre être là. Savoir prendre le temps de mettre des mots sur le ressentir d'une boite d'allumette c'est savoir sentir la présence des éléments dans leur aspect plastique, esthétique et vivant. Ecrire des poèmes c'est avoir gout à sa présence et à sa nature d'animal qui parle. C'est vivre avec forçe et délicatesse à la fois, c'est être présent a soi même à chaque instant de la journée, et s'éloigner de ce qui aliène dans des postures pour plaire aux d'autres...

     

    Fiche technique :

    Réalisation et scénario : Jim Jarmusch
    Genres Drame, Comédie
    Nationalité Américain

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le mystere de Jerôme Bosch - José Luis López-Linares (2016)Documentaire autour du peintre néerlandais du Moyen-Age dit El Bosco (XVe) qu'il est possible d'admirer au musée du Prado à Madrid.

     

    Difficile de parler de ce film qui tente d'élucider un mystère autour de l'oeuvre "le Jardin des délices" par l'intervention de personnalités les aussi savantes et réfléchies : romanciers, historiens, musiciens, photographes et psychanalystes... sans réussir à dégager de certitude autour de ce drôle de tableau.

    Comment Bosch appartenant lui même à une confrérie religieuse et qui peignait pour les princes de son temps, a-t-il pu se jouer avec tant de liberté de la symbolique biblique ? Est-ce que cette oeuvre signifie que l'homme pourrait être heureux et jouir de la nature sans entrave ps'il le voulait, ou est-ce qu'au contraire cela dépeind les êtres humains comme des animaux assoiffés de désir et de sensation jusqu'à en perdre leur âmes ? Difficile de trancher.

    En tout cas ce moment entre peinture et dessin est d'une incroyable richesse de détails et de vie, les situations oniriques sont parfois drôle,  poétique ou effrayantes, et il semble plus moderne dans sa forme délirante qu'un tableau de Dali. Artiste à creuser...

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Swagger - Olivier Babinet (2016)Enfin du cinéma courageusement politique en France, drôle, émouvant, sensible, et qui groove !

    D'une part, la représentation d'une véritable ségrégation qui est en train de se faire en France comme dans cette cité d'Aulnay-sous-Bois où il n'y a aucun "français de souche" mais uniquement des habitants d'origines maghrébines, africaines, indiennes. Pourtant si proche de Paris avec vu sur une Tour Eiffel paillettée, symbole d'une France qui ne brille pas pour tous d'une même lumière.

    Mais ce n'est pas parce qu'on vit dans une banlieue dite "défavorisée" et en présence de dangers plus certains qu'au centre de Paris (compte tenu des trafics de drogues), qu'il n'est pas possible de mettre du groove dans sa vie. D'où le titre du film "swagger". Il y a beaucoup de personnages du film qui ont créer leur style de vie avec une fraiche fantaisie et joie turbulante qui dénotent des représentations médiatiques sordides de ces milieux populaires. Mon coup de coeur pour le jeune garçon d'origine indienne, qui léger comme un oiseau de feu danse dans les rues de la cités et amuse ses amis en imitant l'accent des papas africains !

    Sans masqué non plus le fait qu'il y a des adolescents qui souffrent de vivre là, et rêvent parfois d'un retour au bled salvateur. Ils sont mal dans leur peau, mal insérés dans ce milieu. Leur mal êtres les séparent des autres : Ils sont les exclus de chez les exclus.

    C'est ce que les sociétés capitalistes nous promettent, toujours plus d'exclus encore et encore.

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les poètes sont encore vivants - Xavier Gayan (2016)Voilà les seules personnes qui arrivent à dire des choses du monde, avec les mots ils arrivent à dire la vérité. Ils nous parlent de la réalité dans sa dimension brute et sublime. Et l'on sent chez chacun d'eux, ce qui est premier, c'est l'expérience personnelle du monde en tant qu'être là conscient et sentant.

     

    Avec les poétes suivants:

    Benny Aguey-Zinsou

    Maram Al Masri

    Edith Azam

    Stéphane Bataillon

    Paul de Brancion

    Emmanuel Comtet

    Jacques Darras

    Marc Delouze

    Souleyman Diamanka

    Mireille Fragier Caruso

    Yvon Le Men

    Charles Pennequin

    Jean Portante

    Lysianne Rakotoson

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique