• Terminal Sud - Rahah Ameur Zaimeche (2019)

    J'AIME PAS

    Terminal Sud - Rahah Ameur Zaimeche (2019)J'avoue que je ne comprends pas où Rabah Ameur-Zaïmeche veut nous amener. Je vois dans ce film une position politique franche qui rappelle que toute Nation peut basculer dans un état de guerre civile : au début on croit être dans l'Algérie des années 90 puis il s'avère que le récit se déroule dans le sud de la France. Et je reconnais que Zaïmeche est fidèle à lui-même dans cette manière de n'être jamais dans la séduction et d'assumer l'aspect contemplatif de son esthétique cinéma faite de longs plans fixes et qui ne cherchent pas la joliesse. Mais franchement, je trouve ça froid et lourd ! Il y a quelque chose de coupable qui circule dans ces images, comme si on était tous responsables d'un monde qui va vers sa perte. Comme si Zaïmeche, tel un prophète moderne, venait nous annoncer les fléaux à venir que nous-autres pauvres libertins inconscients avons sous-estimés. 

    Finalement, comme dans Joker il y a cette mauvaise idée d'une mise en scène explicite d'un "homme déchet" quand Ramzy est filmé inconscient dans des ordures, comme Phoenix était filmé tabassé par des enfants au milieu d'une rue sombre saturée de sac poubelles. C'est sans doute une idée forte qui traverse notre époque : cette nouvelle forme de culpabilité qu'on les individus (et surtout les jeunes enfants malheureusement) de se penser comme une pollution pour la Terre, et de ne plus accepter l'idée que - oui -  être vivant c'est produire du reste... et ça ne pourra pas être autrement. Seul le mort ni ne consomme, ni ne produit plus rien !

    Chez Zaïmeche comme chez Todd Phillips, un certain moralisme judéo-chrétien qui prend le dessus sur le film. Ramzy Bedia a d'ailleurs ici la position christique du sacrifié, de celui qui continue à aider son prochain quitte à tout perdre : sa femme, sa santé et même sa vie. Mais le plus décevant c'est cette scène de torture qui n'a aucun sens ! (Et qui fait de Ramzy comme de Joker une victime absolue). Elle arrive comme un cheveux sur la soupe, pas crédible en terme de jeu. Et le plus ridicule c'est l'image d'après sur un tag au mur avec le mot "liberté". Est-ce qu'il s'agit de dire que l'idéal républicain de "liberté, égalité, fraternité" qui n'est pas appliqué doit forcement entrainer ces situations de haine ? Je répondrais à Zaïmeche, comme bizarrement je l'ai dis du film de Phillips, que seuls les petits enfants croient que l'égalité ça existe. Tout autant que la liberté et la fraternité ne peuvent pas s'appliquer à tout un peuple. C'est un mythe nécessaire à la nation pour tenter de faire cohésion, mais la réalité de chacun au quotidien c'est bien autre chose...

    En tout cas, le cinéma n'a pas pour fonction de faire la morale au gens, mais devrait plutôt remettre de la pulsion de vie là où ceux qui n'aiment pas le monde tel qu'il est voudraient tout figer. Dans Psychose d'Hitchcock il y a une mise en scène vibrante de vitalité, et d'humour en creux, là où il s'agit de traiter avec une grande justesse de la forme la plus mortifère des troubles psychiques... Le ton du film n'a pas a épouser le ton du sujet, c'est même dans cet écart de tons que le regard du cinéaste témoigne de son recul et de son indépendance.

     

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :