• Get out - Jordan Peele (2017)

    Get out - Jordan Peele (2017)J'ADORE


    Premier film de Jordan Peele brillant ! Dans la même veine que I'm not your negro de Raoul Peck (2017), l'approche de la question raciale est complexe, originale, et nourrie de multiples références à l'Histoire. Sans oublier d'ancrer la question noire dans la modernité. Car si le clivage noir/blanc est très marqué aux Etat-Unis, après cinquante ans de recul sur l'égalité des droits civiques la question de l'identité noire est en pleine évolution, et c'est sans doute a cet endroit que de nouvelles peurs apparaissent également. 

    Peele ne cesse de renverser les stéréotypes, et si sa construction est très voir trop lisible, elle n'en est pas moins cohérente et franche. Son personnage principal n'est pas forcement beau physiquement alors que sa petite amie blanche est en phase avec les canons de beauté de l'époque. Pourtant intérieurement, la beauté est du côté du héros noir Chris (en partie parce qu'il sait voir la beauté du monde comme le montre son travail de photographe qui ouvre le film) quand la laideur est du côté de la jeune femme Rose dénuée d'affects et manipulatrice. Toute la mise en scène porte sur cette question - qui est également au coeur de l'art cinématographique - à savoir comment révéler ce qui se joue derrières les apparences. 

    Car d'apparence la famille blanche de Rose est parfaite. Ils sont très riches, font des métiers prestigieux  : psychiatre pour la mère et neuro-chirurgien pour le père et ils accueillent Chris de manière chaleureuse en disant "qu'Obama a été le meilleur président des Etats-Unis". Seulement voilà, on sent vite que la réalité se déforme et qu'il y a un envers du décors à redouter dans cette maison de laquelle y va falloir sortir. Et en effet, autre renversement malin, la sorcellerie est du côté de ce microcosme de riches WASP où se pratiquent l'hypnose tel un envoutement, et des manipulations biologiques occultes épouvantables (dans lesquelles on peut voir une critique d'une science contemporaine qui devient folle quand elle veut réduire le sujet humain à son cerveau !).

    Rien de très surprenant jusqu'à la soirée mondaine qui voit débarquer tous ces vieux riches blancs en laissant penser qu'ils sont tous présents à cet endroit parce qu'il convoitent Chris. Ils sont attentifs à la forme de son corps, à ses gènes, à sa puissance, à son énergie, à ses éventuelles performances sexuelles, à son talent de photographe... mais que convoitent-ils de si précieux chez ce jeune afro-américain ? Que lui veulent-ils ? Qu'est-ce qu'il a qu'eux n'ont pas ? Le film devient à ce moment là très angoissant, en même temps qu'il est important de réhabiliter cette représentation des oppressions que subirent les noirs aux Etats-unis non pas fondées sur une pseudo infériorité raciale, mais au contraire sur ce que le noir a en plus (de fantasmé ou de réel).

    C'est là que cette nouvelle génération de cinéastes afro-américains, qui ont lu James Baldwin et qui ont plus de quarante ans, déterrent la question raciale avec maturité. Il ne s'agit pas tant de rappeler à quel point les noirs ont été les victimes innocentes de cruels esclavagistes blancs, que de déconstruire les rouages de cette volonté de domination et les affects pathogènes qui continuent de se propager dans les familles. Chez Jordan Peele, cette maison hantée par un retour de l'esprit esclavagiste, et de laquelle il faut réussir à sortir (Get out!), c'est un endroit où il y a un manque fondamental chez le blanc qui demande a être compensé par un on ne sait quoi que détiendrait le noir. C'est important de le souligner avec emphase, car cela libère du sentiment d'infériorité que peut avoir été intériorisé chez tant de descendants d'esclaves. C'est ce qui donne à ce film sa dimension jouissive car s'identifier à Chris s'est s'identifier à une belle personne, sincère et bienveillante, qui est admiré parce qu'il détient des qualités multiples et surtout celle que tout le monde rêve d'avoir : he gots soul ! C'est cela qui se cache derrière les apparences de Chris, et dont il n'est même pas conscient lui-même : il est du côté de l'être (non pas de l'avoir), il a une sensibilité au monde, une réelle l'empathie pour les autres, et une manière de voir singulière qui permet de dire qu'il a une âme. 

    Alors finalement, ce qui a provoqué ces drames de l'Histoire est à comprendre du côté de la culture de l'américain blanc capitaliste (comme les Blacks Panthers désignaient leur ennemis par le mot "Pigs", soit précisément des blanc capitalistes et non pas tous les blancs, nuance). Alors comment le cinéma peut s'emparer d'une représentation de ces "Pigs" pour qu'ils se regardent en face à leur tour. Jordan Peele s'y risque et n'y va pas avec le dos de la cuillère ! Il montre des blancs complètement dénués d'affects, ayant élevé l'art de hypocrisie à son sommet, du côté de la science sans conscience, et avides de chaires fraiches tels des ogres incapables de sentir en quoi vivre peut aussi relever d'un plaisir contemplatif.  Ils sont sans cesse concernés par ce qui leur manque au lieu de se réjouir de ce dont ils disposent, alors toujours en quête d'un "plus de jouir" : plus de sexe, plus de jeunesse, plus de pouvoir, plus d'argent, plus de force... Sans comprendre que leur manque à être (question cruciale posée par Shakespeare : to be or not to be ?) ne se trouve pas du côté matériel du monde...  

    Certains journalistes racontent que lors de la projection de ce film dans les quartiers afro aux Etats-Unis en 2017, les publics étaient hystériques et je peux l'imaginer. Car Jordan Peele met en scène ce que Tarantino a compris depuis longtemps, à savoir l'immense plaisir qu'il peut y avoir dans la vengeance ! Chris va échapper à l'horreur de sa décomposition physique et mentale prévue par cette famille terrifiante, en tuant sans pitié le frère, le père, la mère, puis on l'espère l'immonde jolie jeune fille. J'ai rarement ressentie une violence au cinéma aussi cathartique je l'avoue et il me parait évident que seul le genre de l'horreur au cinéma est à même de traiter ce type de questions politiques difficiles.

    La fin nous révèle que le père neuro-chirurgien greffe des parties de cerveaux de ses amis blancs dans des cerveaux de corps noirs pour leur fournir ce qui leur manque. Quelle image redoutable que ce cerveau d'homme blanc riche jeté vulgairement à la poubelle lors de l'opération ! Et là où la science croit pouvoir fabriquer de l'humain, ce moment surnaturel du film montre que ce serait vain de toute façon, puisque la femme de ménage noire dans laquelle est greffé le cerveau de la grand-même blanche n'en a quand bien même toujours pas d'âme, et reste tel un mort vivant toujours figé dans un recoin de l'immense maison. 

    Enfin, ce qu'il reste à noter dans ce film c'est quand même la neutralité du personnage principal, Chris, tout au long de la première moitié du film. Film qui commence d'ailleurs par de la mousse à raser blanche qu'il pose sur son visage. Car en creux il y a aussi cette question de l'afro-américain qui peut/veux devenir comme un blanc matérialiste, et qui commence à perdre son âme. Ce personnage noir, ancien musicien de jazz, qui a été lobotomisé pour intégrer un vieil homme blanc dans son cerveau, est tout de suite perçue comme bizarre par Chris que le croyait a priori "des siens". Qu'est qu'un noir qui devient comme un américain capitaliste? Dans ce film, c'est un noir qui n'a pas de groove, qui n'est pas chaleureux, qui se tient figé et qui parle de mondanités inutiles dans une soirée, un noir qui accepte une nouvelle domination.  C'est ce qu'il risque d'arriver à Chris dans l'histoire s'il ne se défend pas. Et c'est peut-être ici que ce situe la véritable angoisse du propos : maintenant que les noirs vivent depuis 50 ans aux Etats-Unis, égaux en droits et de plus en plus souvent dotés d'un bon niveau universitaire et matériel, quelle est leur évolution à venir ? Certains ne sont-ils pas en train de devenir des "Pigs" également ? C'est à dire épouser l'esprit de l'Amérique capitaliste si loin de l'esprit du jazz et de leur mémoire passée. La véritable horreur du film n'est-elle pas dans ce cauchemar d'une dépersonnalisation, d'une distorsion de sa propre identité ?

     

    Autre fin tournée par Jordan Peele, sans avoir été retenue :

    -> https://www.youtube.com/watch?v=A3JS7_OcPWQ

     

    Fiche technique

    Distribution

      

    Box office :

    coûte 5M de dollars pour en rapporter 255M.

    (film le plus rentable en 2017)

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :